abbas Cover Image
abbas Profile Picture
abbas
@abbas
10 personnes dans le staff
2 mois déjà - Traduire

Question : Peut-on considérer que nous en sommes au septième jour de la Genèse, jour traduit le plus souvent dans les églises par « Et Dieu ce reposa. » ?

(Rires)

..Mais dont la traduction serait plutôt « Et Dieu ce retira. », selon Annick de Souzenelle.

Voix : C'est une question.

Abba : Dieu ne peut pas ce retirer. Le « Dieu ».. je ne parle pas de Yaldabaoth bien sûr, je parle du Principe de Lumière. Il n'y a pas de « Dieu ». Néanmoins Dieu ne peut pas ce retirer. J’emploie le « Dieu » non pas au sens occidental, mais au sens originel. C’est un pseudo créateur. Il ne peut pas exister de créateur. Même Abba n'a jamais été créateur de quoi que soit. Il accompagne simplement la création, comme chacun de vous, rien de plus et rien de moins. Il n'y a donc pas a se poser de questions. Dieu est partout, la Lumière est partout, comme toi-même es de partout, puisque tu es aussi et tu es autant l'autre que toi. Et surtout, tu es autant ton pire ennemi que toi. Accepter cela, le vivre, c'est être libre.

C'est pour ça que Jésus avait dit « Si on te frappe, tends l'autre joue. ». C'est pour ça qu'il disait qu'il fallait pardonner à vos pires ennemis et surtout les aimer plus que les autres. Parce qu'ils ne sont que vous à d'autres moments et ils ne sont là que comme prétexte, dans votre propre jeu de scène de théâtre. Rien de plus et rien de moins. Mais cela vous ne pouvez le voir dans l'instant, si ce n'est en étant insérés dans l'instant présent. Vous ne pouvez le voir qu'avec délai, qui crée la souffrance bien sûr. Parce qu'entre temps, avant de reconnaître cela, vous nourrissez des pensées, une animosité, qui est naturelle et normale au sein de ce monde, mais qui n'a aucun sens au sein de la Vérité.

Alors, permettez-moi de ne pas répondre à ce concept de cette question, parce que c'est issu de la Bible. « Au commencement était le Verbe. » Avant le Verbe qu’y avait-il ? Rien ? Le tout.

La création n'est pas linéaire, il n'y a pas de septième jour. Ceci est simplement symbolique. Bien sûr, le nombre, le chiffre 7 est en rapport avec des spécificités. Mais permettez-moi de ne pas rentrer, ni dans la numérologie, ni dans la symbologie des nombres. Vous n'avez plus besoin de ça. Vous avez juste besoin de la vérité, parce que c'est elle qui vous affranchit et qui vous rend libres de tout concept, de toute forme, de toute interrogation. Soyez vivants, suivez les lignes les plus fluides, acceptez ce que la vie vous propose, en supposant, même si vous n'en êtes pas sûrs, que ce qui arrive, en définitive, n'est ni bien ni mal, que ce n'est que le regard extérieur, au travers de la souffrance vécue, qui vous fait poser ces mots. Si vous n'en souffriez pas, vous ne le verriez même pas.

Au sein de la beauté, au sein de la vérité, au-delà de ce monde enfermé, il n'y a pas de souffrance. La Vie est beauté. Et cela, pour reprendre aussi ce que disait une sœur artiste tout à l'heure, ne peut pas laisser d'amertume. Parce que ce qu’il vous semble ne pas avoir vécu, au travers des projections sur une nouvelle terre et un nouveau monde, a déjà été vécu. Il n'y a que l'instant présent, il n'y a que le temps zéro. Tout le reste n'a fait que passer et passe dorénavant ici même, en ce monde. La vérité vous libérera, elle vous libère. Elle vous libère de l'illusion d'être une personne, l’illusion de faire parti d'un univers et pas d'un autre. Elle a permis le jeu jusqu'à un certain stade, mais tout jeu doit ce terminer un jour. Vous êtes tous les jeux, et vous les avez tous parcourus, sans aucune exception. Et cela ce révèle maintenant. En totalité.

2 mois déjà - Traduire

Ce qui se vit présentement, au-delà de tout prérequis ou de toute compréhension ou explication, est la fusion de l’être et du non-être.

2018.31.10.

2 mois déjà - Traduire

Abba 10
31.10.2018.
15 premières minutes

Abba : Abba en résonance dans le cœur de chacun à nouveau.

Voici donc notre dernier entretien de cette semaine de retraite.

Bien-aimés, vous avez toute latitude pour dire et exprimer ce qu’il vous semble important d’exprimer. Ce qui semble important n’est pas nécessairement ce que vous pensez, mais dans cet état particulier de l’instant présent, qui se révèle à chaque minute un peu plus, il suffit de laisser parler ce qui a à émerger de vous, d’exprimer ce qui vient et ce qui est là au-delà de vos pensées. Ainsi chaque Abba en résonance, en reliance et en évidence, accueille et écoute ce que chacun de vous a à délivrer, à donner.

Une sœur : J’ai là un petit poème.

Abba : Nous t’écoutons.

Poème :

Silence, feuille blanche, paradis blanc.
Plus rien à dire, tout à ressentir.
Plus rien à dire, rien à comprendre, mais tout à vivre.
Vivre l’Amour, vivre la Joie.

Abba : C’est exactement ce qui se passe. Nous te remercions.

Nous accueillons de la même façon les chanteurs, tous ceux qui veulent exprimer de quelque manière que ce soit. Ne mettez pas de barrières ni de limites à la spontanéité et à l’évidence de l’Amour.

Avons-nous d’autres poèmes ? Ou autre chose ?

Ainsi que vous le constatez, des l’instant où nous entrons en résonance, en reliance, en Amour, le déploiement de la Merkaba interdimensionnelle se poursuit, de manière là aussi inexorable et totale. Comme vous le constatez, les joies que vous avez vécues, ainsi que le silence et la paix, et les premiers éléments de la béatitude qui se déploie, vous mettent dans cette évidence totale. Vous ne pouvez être leurrés, au-delà du ressenti, par le simple vécu de ce qui est au-delà de tout état comme de toute personne. Cela va se déployer et croître à l’infini. Plus rien ne pourra être cloisonné, la résonance et la reliance va se déployer à l’échelon du collectif total de l’humanité et cela a commencé, bien sûr, et va vous accompagner durant les jours qu’il vous reste à parcourir au sein de ce mois de novembre.

Très bientôt, même ceux parmi vous qui ne vivent ni la paix ni la joie et peuvent, comme je l’ai dit, parfois se tendre vers l’abandon ou au contraire, entrer dans une forme de déni, de colère ou de lassitude, voire même de désespoir, je vous dis, n’ayez crainte. Parce que cela va vous toucher, avec certitude, et cela est en cours déjà. Vous constaterez très vite, en dehors de tout milieu particulier, tout autour de vous, simplement dans votre vie, qu’au-delà de la période d’absorption des essences où il y avait cette joie qui se produisait en n’importe quelles circonstances, vous allez constater très vite l’évidence de cette béatitude, faisant comme si l’ensemble de l’humanité émergeait d’un sommeil profond. Ce réveil qui arrive maintenant de ce sommeil profond, peut prendre effectivement diverses formes. Et quelles que soient les réactions, celles-ci céderont le pas très vite à l’évidence de la béatitude et de la paix.

Où que vous soyez sur cette Terre, il ne faut vous alarmer en aucune façon de tout ce qui peut vous sembler au premier regard comme contraire à la liberté de quelque façon que ce soit. Parce que tous les éléments qui se produisent dorénavant, qu’ils soient naturels et orchestrés par les éléments ou qu’ils soient déclenchés par ceux qui pensent encore contrôler quoi que ce soit au sein de ce monde, ne peuvent là aussi aller que dans le sens de la Lumière. Toute manœuvre, toute action occulte ou légale, toute action liée aux forces de police, aux forces armées, toute action liée aux lois, ne trouvera plus aucune résonance au sein du collectif des peuples. Je vous engage à ne pas participer, si ce n’est par l’Amour, à une quelconque création, mais bien plus à amortir tous les éléments du choc de l’humanité par votre présence, par votre absence et par ce qu’il se produit en vous.

Je le répète en ce qu’il concerne aussi ces circonstances qui vont et qui sont nées déjà sur toute la Terre, vous n’avez pas à vous préoccuper d’autre chose que de cette béatitude qui de toute façon, à très brève échéance, ne vous laissera aucun choix. Et d’ailleurs, qui voudrait avoir le moindre choix de ne pas vivre cela, qui voudrait fuir cela si ce n’est celui qui contrôle, celui qui veut maintenir une illusion, une sécurité illusoire tout autant que ce monde. Vous êtes vivants indépendamment de ce monde. Et c’est justement le démasquage complet de ce monde, qui aujourd’hui vous donne à célébrer cette Apothéose, à communier au-delà des mots, au-delà des gestes, par cette résonance et cette reliance qui s’est établie et qui déploie la vérité.

Vous constaterez tous sans exception, qui vivez le processus qui a démarré, que plus celui-ci s’amplifie, plus en vous il y a la paix, plus en vous il y a la béatitude, et ce indépendamment de quelque circonstance corporelle, quelque circonstance familiale ou de quelque nature que ce soit. Cela veut dire aussi que la béatitude ne pourra être réfrénée par aucun élément de la conscience, parce que la béatitude n’a pas à voir avec la conscience, même si c’est votre conscience réunifiée qui l’exprime. La béatitude est l’état naturel de ce que vous êtes indépendamment de la forme, indépendamment de toute création.

L’intelligence de la Lumière d’ailleurs... Et vous êtes nombreux déjà à commencer à le vivre, pour certains même cela est connu depuis fort longtemps, mais faisait partie de leur médiumnité, si je peux dire. Aujourd’hui cela est différent, car vous allez constater que ce qui fut nommé voilà fort longtemps la fluidité de l’unité, va prendre tout l’espace et tous les champs de vos expériences en ce monde comme en tout monde. C’est en cela que vous êtes entiers et qu’il ne peut rien manquer. Comme je l’ai dit dans l’intervention précédente, qui pourrait préférer autre chose que cela, qui pourrait envisager de poursuivre une quelconque histoire, un quelconque scénario, une quelconque projection de quoi que ce soit. La paix est là, au cœur du cœur, au-dedans de vous, mais aussi, paradoxalement, de plus en plus à l’extérieur de vous, venant aplanir, résoudre et éclairer, et faire disparaître ce qui hantait encore en termes d’habitudes, de souffrance, encore présentes. Vous n’avez qu’à vous soucier, comme je l’ai dit, de vivre votre vie en fonction de cette alchimie particulière où la Merkaba interdimensionnelle personnelle s’est déployée et arrivera à son terme.

Le jeu de la Vie, dans cette traversée de l’éphémère par l’éternel, à l’échelon individuel comme collectif, va vous permettre de vous ajuster avec de moins en moins de difficulté à la vérité que vous êtes, sans effort. Par l’évidence du jeu de la Vie et du jeu de la conscience pour chacun, vous ne pourrez ignorer ce processus. Car il pourrait s’apparenter à une certaine forme de magie. C’est la magie de l’Amour, qui met bas toutes les illusions comme toutes les faussetés.

Votre assise au sein de cette nouvelle réalité intermédiaire débouchant sur la vérité absolue, est l’élément qui comme nous vous avions prévenus, a amorti déjà, mais amortira encore plus la surprise et le choc de l’humanité. Dorénavant, la puissance de la fontaine de cristal émanant de votre cœur, a enclenché littéralement le processus au niveau collectif aussi. Vous le voyez de partout, où que vous habitiez, en quelque région du monde. Ce n’est pas un simple changement, ce n’est pas un simple bouleversement, c’est l’accès à la vérité. Cette vérité vous affranchit, elle vous remet en la liberté essentielle de qui vous êtes, antérieure à toute forme.

Bien-aimés, qui veut s’exprimer ?

Une sœur : Il y a encore un petit texte qui raconte une histoire.

Abba : Il n’y a rien de mieux pour clôturer l’histoire que de raconter des histoires.

Texte :

Il était une fois, dans une demeure
Loin de tout lieu habité,
Avant que le monde ne meure,
Une retraite de quelques allumés,
Riches de pensées éclairées.

Des musiciens, des poètes, des fous d’Amour,
Des fous d’espoir, au sein de leur trou noir,
Ils rient à gorge déployée, ces allumés de Can Mas,
Pour chasser le reste d’entités
Qui risqueraient encore de se montrer.

Fin de l’histoire.

Abba : Le rire, effectivement, je vous l’ai dit précédemment, va devenir une arme fatale qui foudroiera littéralement ceux qui, au sein de leur personne, n’ont pas vu la vérité. Ce foudroiement est le foudroiement de l’Amour, et c’est votre rire et votre résonance qui le portent.

2 mois déjà - Traduire

Abba, 31 octobre

Où que vous soyez sur cette Terre, il ne faut vous alarmer en aucune façon de tout ce qui peut vous sembler au premier regard comme contraire à la liberté de quelque façon que ce soit. Parce que tous les éléments qui se produisent dorénavant, qu’ils soient naturels et orchestrés par les éléments ou qu’ils soient déclenchés par ceux qui pensent encore contrôler quoi que ce soit au sein de ce monde, ne peuvent là aussi aller que dans le sens de la Lumière. Toute manœuvre, toute action occulte ou légale, toute action liée aux forces de police, aux forces armées, toute action liée aux lois, ne trouvera plus aucune résonance au sein du collectif des peuples. Je vous engage à ne pas participer, si ce n’est par l’Amour, à une quelconque création, mais bien plus à amortir tous les éléments du choc de l’humanité par votre présence, par votre absence et par ce qu’il se produit en vous.

  • A propos
  • Très bientôt même ceux parmi vous qui ne vivent ni la paix ni la joie et peuvent comme je l'ai dit parfois se tendre vers l'abandon ou au contraire entrer dans une forme de déni,de colère, ou de lassitude voir même de désespoir je vous dis n'ayez crainte parce que cela va vous touchez avec certitude et cela est en cours déjà. Vous constaterez très vite en dehors de tout milieux particuliers tout autour de vous simplement dans votre vie qu`au-delà de la période d'absorption des essences où il y avait cette joie qui se produisait en n'importe quelles circonstances vous allez constater très vite l'évidence de cette béatitude faisant comme si l'ensemble de l'humanité émergeait d'un sommeil profond, ce sommeil et ce réveil qui arrivent maintenant de ce sommeil profond peut prendre effectivement diverses formes et quelles que soient les réactions celles-ci céderont le pas très vite à l'évidence de la béatitude et de la paix.